Your cart
Close Alternative Icon

Créateur du mois #5 // Maker of the Month #5: Marie

Arrow Thin Right Icon
Créateur du mois #5 // Maker of the Month #5: Marie

1. Quand as-tu commencé la céramique ?

J'ai commencé à 9 ans dans un atelier derrière la maison de ma maman en Belgique. J'y suis allé tous les samedis pendant longtemps. Quand je n'y allais pas, cela me manquait. Je faisais du façonnage, de belles petites sculptures que ma mère a longtemps gardé dans son "musée des horreurs".

 2. Peux-tu nous parler de ta pratique et de ce que tu aimes fabriquer ?

J'ai fini le DEC en technique céramique au Cégep du Vieux-Montréal en 2016. On y apprend toutes les techniques et le but est de nous permettre de vivre de notre métier. Ce qui fait que j'ai surtout fabriqué des pièces utilitaires. J'en fait encore, mais en plus petite quantité. Depuis que je travaille à temps plein chez Atelier make, j'ai moins de temps pour la production, les marchés etc. Cela me convient pour l'instant, car j'ai envie d'explorer le côté plus sculptural de la céramique et de faire des pièces uniques. Je pense que j'aime plus jouer avec la terre que vraiment fabriquer quelque chose en particulier. J'aime l'aspect méditatif de la ceramique.

3. Parles nous de ton temps à l'Atelier Make - qu'est-ce que la céramique t'apporte dans la vie?

Au début, j'y donnais des cours, 2 à 3 fois par semaine. Quelques années plus tard, Jaimie m'a proposé de travailler comme technicienne, et de m'occuper des cuissons et d'autres petites choses qu'il y a à faire dans un atelier de poterie, comme le recyclage de l'argile, la préparation des glaçures, l'émaillage etc. Petit à petit, je me suis impliquée et ai commencé à faire de tout. J'adore mon travail et suis reconnaissante de pouvoir faire le métier qui m'anime.

La céramique, c'est un temps pour moi, un temps dans ma bulle, hors du temps. En fait, la relation avec l'argile est très fortement liée à mes origines. La première fois que j'ai vu mon prof malaxer la terre, cela m'a remémoré mon enfance et ma mère qui cuisinait des momos tibétains. C'était une connexion par la matière et par le geste avec elle et avec mes origines. C'est une des raisons pour lesquelles je préfère manipuler la terre sans but plutôt qu'avec un objectif final. C'est avec le temps que je réalise cela.  

4. Est-ce qu'il y a quelque chose que tu aimerais partager?

Depuis peu, vous pouvez retrouver quelques unes de mes pièces chez Atelier Make. Je remercie Jaimie et Maya de m’offrir cette opportunité. Je partage aussi certaines fabrications sur mon compte instagram @massinoise ou sur ma page facebook Marie Massin céramique